L’AFD réhabilite le barrage hydroéléctrique de Warsak

La France octroie un prêt de 41.5 millions d’Euros (5 billions de roupies) ET 4,5 millions d’Euros (0.5 billions de roupies) délégués à l’Union européenne/Facilité d’Investissement pour l’Asie (EU/AIF) pour les travaux de réhabilitation du barrage hydroélectrique de Warsak (243 MW), situé dans l’agence tribale de Khyber près de Peshawar.

JPEG

JPEG

Le 22 septembre 2015, M. Muhammad Saleem Sethi, Secrétaire général de la Division des Affaires économiques (EAD) du Pakistan, Mme Martine Dorance, Ambassadeur de France au Pakistan et M. Jacky Amprou, Directeur de l’Agence française de Développement (AFD), ont signé un Accord de Facilité de Crédit (CFA) et un Accord de Financement de Subvention (GFA) pour la réhabilitation du projet hydroélectrique du barrage de Warsak.

Ce projet vise à réhabiliter le barrage et lacentrale hydroélectrique de Warsak (243 MW). Ce barrage, construit dans les années 60 sur la Rivière Kaboul, produisait jusqu’à 1 100 GWh/an. Ce projet est mis en œuvre par la Water & Development Authority (WAPDA).

L’Agence française de Développement accorde un prêt d’un montant total de 41.5 millions d’Euros, dont 1.5 million d’Euros destiné aux centres de formation hydroélectrique de WAPDA.

Le coût total du projet est de 162 millions d’Euros, cofinancé par la banque de développement allemande (KFW), la banque européenne d’investissement (EIB), WAPDA/ par le Gouvernement pakistanais.

L’Union européenne/ (Facilité d’Investissement pour l’Asie (EU/AIF), sur proposition de l’AFD, délègue une subvention complémentaire de 4.5 millions d’euros, pour le soutien des composants de la réhabilitation du barrage de Warsak. Cette subvention est destinée à résoudre les problèmes liés aux questions environnementales, aux inondations, à la gestion de sédimentation, au développement communautaire et à l’amélioration de la maintenance de l’atelier existant. Ces mesures feront également partie du programme de renforcement de capacités à long-terme mis en œuvre par WAPDA. Après l’achèvement, le projet s’assurera de :

-  Préserver la capacité existante du barrage de Warsak- à savoir : 243 MW au cours de l’année à venir ;
-  L’adaptation au changement climatique, en particulier les mesures environnementales, les inondations et la gestion de la sédimentation dans la région de Peshawar et la Rivière Kaboul ;
-  L’amélioration de l’atelier existant, dans le but d’augmenter la sécurité et la rentabilité des projets hydroélectriques ;

A travers ce projet, la France, via l’Agence française de Développement, contribue à résoudre la crise énergétique nationale au Pakistan et émerge comme un contributeur majeur, en ligne avec l’engagement pris par le Gouvernement français lors de la Conférence de Tokyo en Avril 2009 (soit 300 millions d’euros dans les secteurs de l’énergie et de l’eau - actuellement engagés plus de 100 %, soit 321,5 millions d’euros- environ 40 milliards de roupies pakistanaises).

Deux mois avant la Conférence de Paris 2015 sur le Climat (COP21), la France, par les actions de l’AFD, appuie le Pakistan dans ses efforts pour lutter contre les dérèglements climatiques et soutient un développement durable et sobre en carbone du Pakistan.

JPEG

Dernière modification : 05/10/2017

Haut de page