Nouvelles brèves de l’économie du 11 juin au 18 juin 2008

AMBASSADE DE FRANCE AU PAKISTAN

MISSION ÉCONOMIQUE D’ISLAMABAD

PAKISTAN

Nouvelles financières et économiques

Le

nouveau budget fédéral 2008-09 focalisé sur la lutte contre la pauvreté et

l’agriculture

Présenté par le ministre des

finances Naveed Qamar, le nouveau budget est sorti dans une période économique,

politique et sociale difficile. Evalué à 2010 Mds Rs, le budget 2008-09 se

focalise essentiellement sur la lutte contre la pauvreté, avec une allocation

de 1000 Rs par mois pour les plus défavorisés et l’aide au secteur agricole

avec la mise en place de subventions sur les intrants. L’augmentation du

budget du PSDP Public Sector and Development Programme à 550 Mds (+20%) a été

plutôt bien perçue par l’ensemble des acteurs économique. Ces dépenses

seront financées, dans une certaine mesure, par une augmentation des taxes,

notamment la TVA qui passera de 15 à 16% et la taxe sur les importations de 300

produits de luxe (+35%). L’allocation au budget de la défense, évaluée à

295 Mds Rs, soit 6.7% de plus que l’année précédente, n’a pas encore crée

de polémique. Toutefois, pour la première fois, le nouveau budget sera débattu

jusqu’au 31 juin par le parlement.

Critiques

après la présentation du budget fédéral

Suite à la présentation du

nouveau budget, de nombreuses critiques sont apparues sur la scène économique

et politique pakistanaise. Jugées très inflationnistes, les taxes décidées

à l’occasion du nouveau budget auront des

difficultés à prouver leurs efficacités alors que d’autres secteurs, bien

plus rémunérateurs, comme celui de l’immobilier ont été très peu taxés.

Dans cette perspective, Il semble que tant les classes moyennes que les plus

pauvres subiront les conséquences de la montée des prix. L’inflation prévue

par le gouvernement à 11% semble une donnée peu réaliste aux yeux de nombreux

analystes. Le « gouffre » déjà inquiétant annoncé entre les dépenses

(2010 Mds et la collecte de la taxe 1110 Mds Rs) sera financé en majeure partie

par des prêts aux bailleurs de fonds (300Mds) et auprès des banques (150 Mds).

Une politique qui n’est pas sans

rappeler celle de l’ancien gouvernement qui a généré un déficit budgétaire

hors norme pour l’année fiscale 2007-08.

Le

secteur agricole favorisé par le nouveau budget fédéral

Le secteur agricole, qui emplois

2/3 de la population active et représente 20% du PIB pakistanais, a été

qualifié de grand gagnant par les différents analystes qui ont commenté le

budget 2008-09 cette semaine. Ce secteur a en effet bénéficié d’une

augmentation des subventions de 420

à 1000 Rs sur les sacs d’engrais, la suppression de la TVA et de la taxe sur

les importations sur de nombreux intrants tel que : les pesticides, les

fertilisants ainsi que sur les produits phytosanitaires. Le

secteur des produits laitier va même bénéficier d’une subvention de 1.5 Mds

Rs pour un programme de relance baptisé « White Revolution Programme ».

Le gouvernement a voulu redonner un second souffle à ce secteur dont la faible

croissance (1.49% en 2007-08) avait fortement déçu cette année, les prévisions

pour la croissance du secteur agricole 2008-09 a été revu à 4.5% 

Avertissement

de la Banque Mondiale et du FMI pour le nouveau budget

Faisant suite à la présentation

du nouveau budget, la Banque Mondiale et le FMI ont averti le gouvernement

pakistanais que les subventions sur le pétrole, le gaz et l’électricité

devront être supprimées avant le 31 décembre 2008. Un avertissement pris au sérieux

par le gouvernement qui souhaite l’obtention d’un prêt de500 MUSD dont le

Pakistan a grandement besoin pour faire face aux dépenses générées par le

nouveau budget. De même le pays a besoin de redorer son image auprès des

bailleurs, suite aux mauvaises notes obtenues auprès des agences de notations

internationales. La Banque Mondiale est soucieuse de voir le Pakistan en finir

avec ces subventions car elle juge qu’elles créées des distorsions

importantes et destructrices pour l’économie. Cependant il est certain que la

suppression totale de ces subventions créera un choc très important dans l’économie

et surtout chez les consommateurs.

Le

marché des capitaux, peu réactif à l’annonce du nouveau budget

Les marchés boursiers pakistanais

n’ont pas beaucoup réagis à l’annonce du nouveau budget. Les autorités du KSE, Karachi Stock Exchange, indice de la

bourse de Karachi, ont pourtant réagis très positivement à l’annonce du

budget qui prévoit une suppression des taxes sur les gains perçus sur les

marchés des capitaux. Contrairement aux attentes, le KSE a fini en très forte

baisse la semaine dernière. Les analystes ont indiqué que malgré l’annonce

d’un budget favorable à l’investissement sur les marchés des capitaux, les

investissements financiers ont subit les récents événements qui ont déstabilisé

le pays, notamment la marche des avocats à Islamabad et les bombardements

meurtriers à la frontière nord avec l’Afghanistan.

Le

secteur industriel, mis à l’écart par le nouveau budget 

Le secteur industriel n’a pas

caché sa déception concernant le nouveau budget 

dont les mesures annoncées ne favorisent pas clairement l’industrie

pakistanaise. L’exemption de la

taxe sur les gains perçus sur le marché des capitaux devrait rendre

l’investissement dans le secteur industriel plus risqué et moins attractif.

Aussi, la baisse de la taxe de 5 à 2% sur les importations de matières premières

ne parait pas suffisante aux opérateurs industriels qui avaient demandé la

suppression totale de cette taxe. Le secteur textile sait d’ores et déjà

qu’il ne sera pas subventionné à la même hauteur que les années précédentes

alors qu’il considère ces subventions comme indispensables au vue de la

situation de la filière dont les exportations ont déjà baissé de 2.5% en 10

mois.

Dernière modification : 19/06/2009

Haut de page