Irlande - Relations bilatérales - Union européenne - COP21

Conférence de presse conjointe de M. François Hollande, président de la République, et du Premier ministre d’Irlande - Propos de M. Hollande (Paris, 03/09/2015)

Mesdames, Messieurs, j’ai reçu - et c’était la troisième fois - le Premier ministre d’Irlande Enda Kenny, avec lequel j’ai noué des relations d’amitié, avec des participations au Conseil européen qui nous ont rapprochés sur les grandes questions. Nos deux pays sont liés par l’histoire, et à chaque fois qu’il y a eu des épreuves, l’Irlande et la France se sont toujours retrouvés.

(...)

Oui, l’Irlande montre l’exemple et c’était important une fois encore que le Premier ministre irlandais puisse être là aujourd’hui. Il était là le 11 janvier quand, après des actes terroristes que chacun a en mémoire, une fois encore nous a montré sa solidarité. Moi-même, je suis conscient qu’en 2016, en Irlande, il y aura des célébrations très importantes - les soulèvements qui ont permis à l’Irlande d’être ce qu’elle est aujourd’hui - et puis la participation de l’Irlande ou d’Irlandais, devrais-je dire, dans les Forces britanniques de l’époque pour venir sur notre territoire - dans la Somme notamment - et agir à nos côtés et participer à notre propre indépendance et à notre liberté.

Nous avons discuté également de plusieurs sujets qui nous concernent, Irlande et France, notamment sur le plan économique, parce que l’Irlande a montré qu’en quelques années elle était capable, alors qu’elle était ce qu’on appelait « sous-programme » de connaitre maintenant une croissance et une stabilité. Et puis les entreprises françaises s’y sont installées, le Premier ministre irlandais aura à les rencontrer à Lyon dans quelques heures. Des entreprises irlandaises sont aussi présentes en France. Là aussi il les a rencontrées pour les encourager à investir encore davantage.

Depuis la visite de Manuel Valls en Irlande, nous avons aussi une coopération en matière d’énergie renouvelable, de recherche, de biotechnologie, de tourisme, et nous voulons amplifier encore ces échanges et ces investissements.

Nos deux pays ont aussi, sur le plan culturel, une volonté commune d’échanger des étudiants, des chercheurs et de faire en sorte aussi que nous puissions multiplier les évènements culturels.

Il y aura d’ailleurs l’année prochaine une visite très importante d’un centre dramatique irlandais et nous en sommes très fiers.

Enfin, nous avons abordé trois autres sujets.

Le premier sujet, c’est la démarche britannique pour sa présence dans l’Union européenne. Nous partageons les mêmes principes avec le Premier ministre irlandais. Les discussions doivent s’ouvrir. Nous devons faire en sorte que le Royaume-Uni puisse rester dans l’Union européenne, mais sur la base des traités fondamentaux que nous connaissons. J’aurais l’occasion de m’en entretenir d’ailleurs avec David Cameron à la fin du mois de septembre.

Nous avons abordé un second sujet, celui de l’Union économique et monétaire. L’Irlande fait partie de la zone euro. L’Irlande a joué un rôle à nos côtés pour que nous puissions trouver les bonnes solutions avec la Grèce et j’en remercie encore Enda Kenny.

Enfin, nous avons abordé le troisième sujet qui nous tient particulièrement à coeur, celui de la conférence sur le climat. Là encore, l’appui de l’Irlande - son président était présent il y a quelques semaines en France - est tout à fait important et nous le considérons comme tel pour convaincre, convaincre toujours de l’urgence de trouver un accord à Paris.

Aujourd’hui, les circonstances ont voulu que nous rappelions des principes, nous affirmions des valeurs et nous proposions des mécanismes pour être à la hauteur de ce qu’est notre responsabilité face aux drames. Ces drames ne sont pas nés d’aujourd’hui. Ces drames sont aujourd’hui insupportables.

(...)./.

Dernière modification : 22/09/2015

Haut de page