Forum « Pakistanسے Paris » : le Pakistan en route pour la Conférence de Paris (Lahore, 13-14 octobre 2015)

JPEG

Le grand forum "Du Pakistan à Paris : en route vers la Conférence Paris Climat 2015" , organisé conjointement par l’Ambassade de France au Pakistan, les gouvernements fédéral et des provinces, les Nations Unies, et un large éventail d’organisations de la société civile, s’est tenu les 13 et 14 octobre à Lahore dans l’enceinte de l’institut des Arts, l’Alhamra.

JPEG

Des allures de « mini-COP »

Ce forum qui a réuni plus de 600 personnes issues de milieux divers, gouvernement, parlementaires, universitaires, membres de la société civile, secteur privé, étudiants, médias et grand public, a eu un fort retentissement et avait, d’après les participants, des allures de « mini-COP ».

JPEG - 437.2 ko
Discours de M. Javed Jabbar, ancien Ministre et sénateur

L’un des buts de ce Forum était de promouvoir « l’Agenda des Solutions » avec des solutions « made in Pakistan » - et d’encourager les acteurs pakistanais à rejoindre les initiatives du plan d’action Lima-Paris.

JPEG

Exposition de projets développés par l’Alternative Energy Development Board pakistanais (four et chauffeau solaires, biogaz), dans les jardins de l’Alhamra

JPEG - 361.3 ko
L’ambassadeur de France face au Stand du « Small Grants Program »

De nombreux intervenants, les meilleurs spécialistes du changement climatique au Pakistan

Plus de 50 voix politiques, de spécialistes et de la société civile ont débattu autour de cinq tables rondes, sur le changement climatique à l’échelle globale et au Pakistan, l’un des pays les plus vulnérables.

Parmi les participants ; l’Ambassadeur de France au Pakistan, Martine Dorance ; le délégué à l’Union européenne, l’ambassadeur Jean-François Cautain ; le Coordonnateur résident des Nations Unies, M. Neil Buhne ; la députée Marriyum Aurengzeb ; le Secrétaire général du Ministère du Changement climatique, M. Arif Ahmad Khan, la Directrice Nations Unies du Ministère des Affaires étrangères, Mme Tasneem Aslam et des personnalités reconnues de la société civile tels que le sénateur Javed Jabbar, le Dr. Shoaib Sultan Khan, « père » des programmes de développement au Pakistan, M. Ishrat Hussain, ex Gouverneur de la Banque centrale et Directeur de l’Institute of Business Administration et M. Parvez Hassan, avocat à la Cour Suprême.

JPEG - 418.7 ko
Discours de l’ambassadeur de France

Autour de quatre tables rondes, les experts ont discuté (1) des stratégies de développement à faible émission carbone pour le Pakistan, (2) de l’adaptation et des impacts du changement climatique sur la sécurité alimentaire et l’eau, sur la santé et le genre, (3) de la gestion des risques de catastrophes naturelles et (4) des solutions intelligentes pour lutter contre les dérèglements climatiques au Pakistan.

Dr Dominique Reynaud, scientifique français membre du GIEC, a proposé d’établir un « Panel régional sur le Changement climatique » ou un « Panel Pakistanais sur le changement climatique" sur le modèle du GIEC, à l’échelle locale.

L’auteur de la politique nationale sur les changements climatiques, le Dr Qamar-uz-Zaman Chaudhry a souligné « Le changement climatique est le défi le plus difficile du 21e siècle que les humains ont jamais créé."
Le sénateur Javed Jabbar a recommandé le renforcement de la capacité de la société civile en diminuant sa dépendance aux grands donateurs ; de repenser les paradigmes de développement et d’adopter une approche collaborative plutôt que confrontationnelle face au changement climatique.

Le sénateur Nisar A. Memon, Président du Forum Pakistanais de l’Eau et de l’Environnement, ancien ministre fédéral, a souligné que "des petites solutions devaient être développées en collaboration avec le secteur privé pour faire face aux défis du changement climatique". L’ancien ambassadeur, numéro 2 de l’UNEP, Shafqat Kakakhel, a souligné la nécessité de "renforcer les mécanismes institutionnels pour promouvoir la collaboration entre les organismes gouvernementaux et les intervenants non- étatiques pour la formulation et la mise en œuvre d’un modèle de croissance résilient au changement climatique et à faible émission carbone". Mme Bella Evidente, d’ONU-Habitat, a appelé "les villes à agir et à identifier leurs risques".

Sur les impacts sur la santé, le Dr. Sania Nishtar, ancienne ministre, a proposé la création d’institutions transversales qui peuvent faire une pensée à long terme et la planification qui voient au-delà du court terme.

Les voix des jeunes étaient représentées par le Parlement des jeunes pour l’Eau. De nombreux étudiants de l’Université Supérieur de Lahore se sont par ailleurs portés volontaires pour aider à organiser l’événement.

La société civile a conclu le Forum avec 12 recommandations, adressées au gouvernement et qui seraient utiles pour faire entendre les voix pakistanaises à Paris.

Cet événement inédit, qui a réuni toutes les parties prenantes, a été un succès. Les participants ont appelé à la multiplication de telles initiatives au-delà de COP21 dans l’ensemble du Pakistan, dans les zones urbaines et rurales pour sensibiliser le public pakistanais à cette question cruciale.

JPEG

Les partenaires de la société civile, qui ont aide au montage de ce Forum étaient : the Aga Khan Foundation (AKF), Center for Climate Research and Development (CCRD), Center for Public Policy and Governance (CPPG), Green Building Council (GBC), International Union for Conservation of Nature (IUCN), LEAD Pakistan (LEAD), Mountain and Glacier Protection Organization (MGPO), Pakistan Council for Renewable Energies Technologies (PCRET), Pakistan Council on Research in Water Resources (PCRWR), Society for Conservation and Protection of Environment (SCOPE), Sustainable Development Policy Institute (SDPI), Strengthening Participatory organization (SPO), and World Wide Fund for Nature-Pakistan (WWF-Pakistan).

Téléchargez le programme du Forum ici

Pour plus d’informations, visitez la page web : http://www.pakseypariscop21.policy.pk/

Dernière modification : 14/11/2015

Haut de page