Dérèglement climatique - COP21 - Entretien de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, président de la COP21, avec « France2 » (Paris, 03/06/2015)

(...)

Q - Une question tout à fait différente ! À la fin de l’année il y aura le sommet sur le climat à Paris...

R - Tout à fait !

Q - Ségolène Royal disait hier je crois que cela n’allait pas assez vite, est-ce que vous êtes du même avis ?

R - Écoutez, moi, je vais présider ce sommet, donc je fais le maximum pour que ce soit une réussite. C’est très compliqué parce qu’il y a 196 parties et donc ce n’est pas quelque chose où la France peut dire : « Voilà ! » et tout le monde s’aligne. Il faut que l’on arrive à mettre d’accord tous ces pays et c’est dans le cadre de l’ONU - c’est une convention internationale donc toutes les bonnes volontés sont bienvenues - mais moi je ne me lance dans aucune polémique, je crois que chacun est à sa place...

Q - Il n’y a pas de conflit entre Ségolène Royal et vous ?

R - Chacun est à sa place ! Ségolène Royal défend la position de la France. Moi, je préside la conférence, donc ma tâche - avec le président de la République - c’est d’arriver à un accord universel, c’est très difficile, mais c’est essentiel, parce que la question qui est posée, c’est : est-ce qu’on va pouvoir continuer à vivre sur une planète qui soit vivable ? Si la température continue d’augmenter cela veut dire des sécheresses, des inondations, des conflits pour des ressources, des migrations massives, des problèmes de sécurité, des problèmes de santé... Donc, la COP21 c’est la plus grande conférence diplomatique jamais organisée par la France dans son histoire et c’est la vie de l’humanité qui est en jeu. Donc cela vaut le coup vraiment que tout le monde se mette à la tâche.

(...)./.

Dernière modification : 22/09/2015

Haut de page