Dérèglement climatique - COP21 - Communiqué du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt (Paris, 28/04/2015)

À l’occasion d’une réunion de travail avec Mme Laurence Tubiana, ambassadrice chargée des négociations sur le changement climatique et les présidents de l’INRA et du CIRAD, le ministre de l’agriculture a précisé les enjeux du programme « 4 pour 1 000 » sur la séquestration du carbone dans les sols.

« Ce programme de recherche international permet de concilier les objectifs de sécurité alimentaire et la lutte contre le réchauffement climatique, et donc d’engager dans la COP21 les pays qui se sentent peu concernés », a expliqué le ministre.

Le programme « 4 pour 1 000 » a pour objectif d’améliorer les stocks de matière organique des sols de 4 pour 1 000 par an. Une augmentation relative de 4 pour 1 000 par an des stocks de matière organique des sols suffirait à compenser l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre de la planète. « Une présidence de COP doit apporter des initiatives, des solutions », a rappelé M. Stéphane Le Foll. Dans le dialogue international, la lutte contre le réchauffement climatique s’est beaucoup focalisée sur protection et la restauration des forêts. Avec le programme 4 pour 1 000, la France met l’éclairage sur un nouvel enjeu : la restauration des terres dégradées, notamment dans les régions arides et semi-arides du continent africain.

« Plus on couvre les sols et plus on restaure les terres dégradées, plus les sols sont riches en matière organique, a précisé Mme Laurence Tubiana. C’est une approche agronomique qui permet de concilier les objectifs de production agroalimentaire et les objectifs de durabilité ». « Le programme 4 pour 1 000 doit s’accompagner d’un programme d’actions dans la perspective de la COP21, en contribuant à l’agenda des solutions, un espace de coopération et d’accélération », a conclu le ministre./.

Dernière modification : 22/09/2015

Haut de page