Birmanie - Violences intercommunautaires dans l’État d’Arakan Déclaration du Porte-parole adjoint du Ministère des Affaires étrangères

(Paris, le 6 août 2012)

PR-16/12

La France attache une grande importance à un règlement pacifique et concerté des questions ethniques en Birmanie, afin de parvenir à la réconciliation nationale. S’agissant des populations musulmanes résidant dans l’État d’Arakan, à l’ouest de la Birmanie, il est essentiel que leur statut soit clarifié au regard du droit de la nationalité et qu’elles bénéficient, quel que soit ce statut, de la plénitude de leurs droits dans le respect des droits de l’Homme.

Des informations font état d’actes de violence inquiétants de la part des forces de sécurité à l’encontre des civils. Nous appelons les autorités birmanes à protéger toutes les populations civiles, sans discrimination, et à enquêter sur ces possibles exactions.

Au delà des mesures immédiates prises en vue d’un apaisement des tensions dans la région et la réponse humanitaire aux besoins des déplacés, pour laquelle un accès humanitaire sans entraves et dans de bonnes conditions de sécurité est nécessaire, il nous apparaît souhaitable que les autorités birmanes définissent une stratégie visant à la réhabilitation et la réconciliation, fondée sur l’intégration et non la séparation, entre les deux communautés.

Version en ourdou :

JPEG

Dernière modification : 25/09/2014

Haut de page