Après le séisme, le devoir de solidarité

Chacun en est conscient, le séisme du 8 octobre, par sa magnitude, par le nombre de ses victimes, par l’étendue et la nature de la zone géographique sinistrée, ne ressemble à aucun autre. Il relève des catastrophes naturelles parmi les plus considérables que le monde ait connues.

Le devoir de solidarité s’impose.

C’est l’honneur de mon pays d’avoir pu réagir et apporter une aide, parmi les tout premiers :

- le dimanche 9 octobre, moins de 36 heures après le séisme, arrivent des équipes spécialisées dans la recherche des rescapés ; dès le 10, elles sont opérationnelles à Balakot. Nos sauveteurs sont récompensés : ils sauvent cinq enfants enfouis dans les décombres de leur école.

- Dans la nuit du 10 au 11 octobre, 60 médecins urgentistes, chirurgiens, médecins anesthésistes et personnel soignant rejoignent Islamabad avec les équipements nécessaires et de quoi installer un hôpital de campagne. Un centre de soins d’urgence et une antenne chirurgicale se mettent en place à Muzaffarabad et commencent à fonctionner le 13 octobre. Au 30 octobre, ces équipes avaient procédé à 2257 traitements d’urgence et consultations médicales et à 155 opérations chirurgicales.

- Le 14 octobre, un premier avion cargo transportant 73 tonnes d’aide humanitaire (tentes, groupes électrogènes, duvets, couvertures etc, etc) fournie par l’Etat, différentes ONG et fondations privées est déchargé à l’aéroport d’Islamabad.

Depuis lors, l’action de la France, à l’instar de celle de ses partenaires de l’Union Européenne et d’un très grand nombre d’autres pays à travers le monde, ne s’est pas ralentie. Je ne parle pas simplement de l’antenne chirurgicale toujours présente à Muzaffarabad ou des relèves de personnel qui ont pu y être assurées, mais aussi :

- de la participation de la France au pont aérien mis en place par l’OTAN (cinq C130 français dans la période du 19 au 27 octobre qui ont assuré le transport de 66 tonnes)

- de la prise en charge, par des personnels militaires français, des opérations de déchargement de l’ensemble du fret transporté par le pont aérien de l’Otan dans la période du 19 au 23 octobre (soit 17 avions de 153 tonnes)

- de l’annonce, lors de la conférence de Genève du 26 octobre, d’une contribution additionnelle de cinq millions d’euros qui ira pour l’essentiel à la Croix Rouge et au Croissant Rouge ainsi qu’à l’UNICEF pour sa campagne de vaccination contre la rougeole.

Ce bilan ne serait pas complet si je ne mentionnais aussi :

- l’activité des ONG françaises ; seize d’entre elles (soit 113 personnes ) ont été ou sont encore présentes sur les différents sites en NWFP ou en AJK

- la participation de la France, à hauteur de 16,40%, aux opérations de l’agence européenne pour l’aide humanitaire (ECHO), engagements qui s’élèvent à 93,60 millions d’euros

- le fait que la France est en charge au Pakistan de la composante « air » du concours fourni par l’OTAN dans le domaine du genie civil

- la perspective aussi de nouveaux arrivages d’aide humanitaire, dans les prochains jours, en réponse aux demandes exprimées par les autorités pakistanaises : un avion B-747 d’Air France affrété par la Délégation à l’action humanitaire du ministère des affaires étrangères, transportant 80 tonnes d’aide humanitaire données par des ONG et des entreprises privées, arrivera à Islamabad le 2 novembre.

Parallèlement, la communauté française au Pakistan - individus et entreprises- s’est mobilisée, tandis que les Alliances françaises d’Islamabad, de Karachi, de Lahore et de Peshawar décidaient de lancer un appel à l’ensemble du réseau des Alliances françaises à travers le monde.

Comme c’est le cas au Pakistan même, la mobilisation est appelée à se poursuivre au sein de la communauté internationale, tant s’agissant de la phase d’urgence que s’agissant de la reconstruction.

Chacun d’entre nous, ou qu’il se trouve, est un témoin des épreuves subies. C’est un effet de la mondialisation.

A la mondialisation de l’information répond la mondialisation de la solidarité.

Régis de Belenet Ambassadeur de France au Pakistan

Dernière modification : 30/10/2008

Haut de page